Plaisirs et papilles

Il existe différents moments dans une saison, tous ont leur lot de sensations plus ou moins agréables: l’excitation du début de saison, la joie de retrouver sa team avec plein d’espoir puis les temps plus difficiles avec les matchs d’hiver où certaines soirées sont tellement longues. Nous sommes aujourd’hui arrivés dans la dernière ligne droite, celles des apéros et des barbecues d’été.

Cette période est dans l’ensemble sympa, avec parfois, des matchs de gala. Les scores de la dernière journée s’inscrivent dans ce registre: champagnes et paillettes. Après selon l’équipe que l’on supporte, cela peut vite devenir doliprane et boulettes. En restant sur notre champ lexical, penchons nous sur cette 32ème journée qui propose des affiches à faire saliver.

En entrée, on débute par un Rennes – Monaco, que l’on peut résumer en un duel entre Terrier et Ben Yedder, pour cette affrontement de haut de tableau. Ensuite, on espère que nos amis Stéphanois auront digérés les merlus du week-end dernier. Les verts ne peuvent plus rester au régime sec. Ils vont devoir engranger des points et vite pour s’éviter une sérieuse « gueule de bois ». Puis samedi soir, nous aurons droit à un « chti plat » du nord, histoire de voir qui fait les meilleurs fricadelles. D’autant plus que ces deux équipes, Lille (7ème) et Lens (8ème), ont un point d’écart. Attention à l’indigestion du dimanche avec Nice, un peu cuit et Lorient, le soufflé monte, puis Metz et Clermont: ça va commencer à sentir le roussi pour le perdant. Pas d’amuse-bouche pour Montpellier – Reims, Nantes – Angers et Troyes – Strasbourg, il faut boucler l’exercice vite fait bien fait pour profiter du repas sans aigreur. La gastronomie sera à l’honneur entre Lyon et Bordeaux. Les premiers cités tenteront de se remettre de la piquette londonienne, de la semaine européenne. Mais gare aux maux de tête, Bordeaux retrouve quelques arômes. Pour finir ce week-end, festif et copieux, nous aurons droit à un fabuleux dessert, un classique, P.S.G. – OM, deux équipes en pleine bourre. Espérons qu’il s’agira d’un feu d’artifice de saveurs sans fautes de goûts. Juste une douceur pour le plaisir des yeux et des papilles.