Retrouver son âme d’enfant

On a beaucoup fustigé l’habitude des clubs français à négliger les coupes européennes, à ne pas les jouer à fond.

Certaines expressions du langage familier peuvent se prêter à ce genre d’attitudes ou d’habitudes: ménager la chèvre et le chou, ne pas courir plusieurs lièvres à la fois, avoir le c.. entre deux chaises. Si ces dernières journées ont été énergisantes et emballantes avec des matchs hyper spectaculaires, espérons que le Lille-Metz d’hier soir ne préfigure pas de cette 25 journée

Poussif, terne et ennuyeux en première mi-temps, stérile en seconde, à l’instar de ce match il n’y a guère d’affiches alléchantes ce week-end. Lens-Lyon, pour savoir où en sont les nordistes, Nantes-P.S.G., pour Kombouaré, Saint-Étienne-Strasbourg, deux équipes qui tournent et peut-être le classique Bordeaux-Monaco…

Pourtant, chaque victoire vaudra toujours 3 points et les enjeux resteront toujours aussi élevés pour toutes les équipes. Alors, faut-il faire tourner en Europe ou en championnat, voici le casse-tête annoncé pour nos entraineurs de Ligue 1, de cette semaine franco-européenne…problèmes d’adultes…

Les enjeux prennent le pas sur le plaisir du jeu, tant en terme d’envie (Chelsea est sans doute mieux que Metz) que d’intérêts (privilégier sa place en championnat plutôt que les paillettes européennes?) Où va-t-on? Si on peut comprendre les difficultés de ces questions et se dire qu’avec des effectifs parfois limités, il faut faire des choix, on peut aussi esquisser quelques regrets. Quand on est gosse on ne calcule pas car le sport n’est qu’un jeu. Dans ce monde d’adultes professionnels, souhaitons leur de retrouver leur âme d’enfant. Juste pour le plaisir, celui du jeu.